Accueil CULTURE MUSIQUE FESTIVAL DE LA CHANSON ANDALOUSE
MUSIQUE

FESTIVAL DE LA CHANSON ANDALOUSE

COMMUNICATION ENTRE DIFFERENTES ECOLES POUR RELANCER LE PATRIMOINE MUSICAL
31/12 12h11

TLEMCEN - Les représentants des différentes écoles de musique classique ont débattu des modalités permettant la relance de la musique andalouse, lors d’une conférence organisée jeudi à Tlemcen en marge du festival national de la chanson andalouse.

Les intervenants lors de la conférence ayant réuni des universitaires et des chercheurs sur le patrimoine musical, ont fait remarquer que ce festival, organisé du 22 au 29 décembre en cours, a vu la présence de 16 associations musicales anciennes représentant les trois écoles de musique savante du pays (Tlemcen, Alger et Constantine), pour étudier les caractéristiques de chaque école et leurs méthodes d’interprétation.

Parmi ces écoles, celle de Tlemcen qui a adopté, à l’époque des zianides, la culture andalouse dont sa musique savante après la chute de l’Andalousie, a rappelé l’enseignant et chercheur en musique, Salah Boukli dans sa communication intitulée "Nouba andalouse".

Après la chute de Grenade (895/1492), qui fut le berceau de la musique andalouse, plusieurs musiciens se sont déplacés dans la capitale des zianides, ville hôte qui comptait plusieurs orchestres et clubs artistiques relançant le patrimoine musical et qui s’est transformée en une véritable école d’art andalou, à l’instar de l’école de Fès (Maroc), oeuvrant à la protection du patrimoine musical contre la disparition et l’altération, a-t-il souligné.

Le conférencier a ajouté que parmi les ténors ayant porté le flambeau de cette musique classique, cheikh Larbi Bensari (1863-1964), dont le festival qui coïncide avec la commémoration du 62ème anniversaire de sa mort est un hommage appuyé à ses œuvres.

Larbi Bensari avait préservé ce patrimoine artistique durant la colonisation française et représenté dignement l’Algérie dans nombre de villes arabes et musulmanes dont le Caire, Damas et Istanbul, a-t-il dit.

Cette école est représentée actuellement par plusieurs associations dont "Riadh El Andalous", "Kortobia", "Ahbab cheikh Larbi Bensari" de la ville de Tlemcen, "El Mouahidia" de Nedroma et l’association "Nassim El Andalous" de la ville d’Oran. Ces troupes ont pris part à ce festival organisé sous le slogan "Hadra andaloussia de Tlemcen".

Les trois écoles ont contribué à la production d’un art nouveau utilisant certains éléments adaptés à la musique andalouse et des genres de musique classique dont le Malouf constantinois, le Chaabi algérois, l’Aroubi Tlemcenien, ont souligné les intervenants qui ont noté que ce festival est une "grande rencontre" entre différentes écoles et une occasion d’échange d’expériences en vue de la préservation du patrimoine et de la chanson andalouse avec son cachet authentique et richissime.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • CREATION D’UN CLUB DES ARTISANS BIJOUTIERS D’ORAN...Lire la suite
  • TISSEMSILT : 59E ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE BAB EL BEKKOUCHE...Lire la suite
  • ORAN : LE CRA OUVRE TROIS RESTAURANTS DE LA "RAHMA"...Lire la suite
  • 56 INSUFFISANTS RENAUX PRIS EN CHARGE DANS DES CLINIQUES PRIVEES D’HEMODIALYSE ...Lire la suite
  • 10EMES FLORALIES D’ORAN DU 10 AU 20 MAI...Lire la suite
VIDEO