Accueil CULTURE PATRIMOINE COUP D’ENVOI DES FESTIVITES DE YENNAYER A BENI (...)
PATRIMOINE

COUP D’ENVOI DES FESTIVITES DE YENNAYER A BENI SNOUSS

12/01 14h28

TLEMCEN - Le ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali, a lancé jeudi à Beni Snouss, dans la wilaya de Tlemcen, la manifestation "Les jeunes célèbrent Yennayer", marquant l’avènement du nouvel an amazigh, coïncidant avec le 12 janvier de chaque année.

Les festivités ont débuté avec un grand défilé des 900 participants des deux sexes venus de différentes wilayas du pays qui ont sillonné les artères de la ville avant de rejoindre le stade municipal.

Sur place, le ministre a procédé, en présence du wali de Tlemcen, Saci Ahmed Abdelhafidh et des autorités locales, à l’inauguration d’une exposition de produits de l’artisanat de la région de Beni Snouss dont des tapis en natte, de la poterie, des objets usuels en bois et en cuir ainsi que des costumes féminins, des robes et des bijoux en argent.

Le ministre a, ensuite, visité le marché "Yennayer" où sont proposés tous les ingrédients, fruits secs, sucreries et autres délices composant la fameuse "Tebika Kerkecha", un mélange incontournable pour décorer la table de la fête de l’année berbère et que l’on partage entre membres de la famille.

L’association féminine de Béni Snouss a exposé une variété de mets et de plats préparés en pareille circonstance dont le "berkoukès", les beignets et "Messemen" et autres plats délicieux préparés à base d’huile d’olive.

La délégation officielle s’est rendue, par la suite, à l’école primaire "Hawzi Abdelkader" où la langue tamazight est enseignée avant de suivre le carnaval "Ayred", un carnaval festif symbolisant la paix, la sérénité et l’aspiration à une saison agricole féconde.

Dans l’après-midi, le Haut commissariat à l’amazighité (HCA) a programmé des communications sur les dimensions anthropologiques et culturelles de cette fête bien ancrée dans la région.

Pour rappel, les festivités portant le slogan "je suis algérien et fier de mon amazighité" sont organisées sous le haut patronage du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en étroite collaboration ave le ministère de la jeunesse et des sports et le mouvement associatif.

LA CELEBRATION DE YENNAYER SYMBOLISE L’UNITE ET LA COHESION DU PEUPLE ALGERIEN AVEC SES ORIGINES (MINISTRE)

TLEMCEN - Le ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali a estimé, jeudi à Béni Senouss, dans la wilaya de Tlemcen, que la célébration du Nouvel An amazigh symbolise l’unité et la cohésion du peuple algérien avec ses origines.

Lors de la fête "les jeunes célèbrent Yennayer" qui a réuni des participants de toutes les wilayas du pays, le ministre a souligné que la célébration de cette journée du 12 janvier, est "une constante de l’identité nationale et culturelle, puisée de la profondeur de l’histoire nationale dont doit être fier chaque algérien".

"Yennayer est aussi une porte ouverte sur l’avenir et une aspiration à une nouvelle de prospérité de paix et de stabilitéé, a-t-il indiqué, soulignant que cette tradition ancestrale ayant résisté aux aléas du temps est célébrée, aujourd’hui, à travers tout le pays. Cet acquis vient après la constitutionnalisation de tamazight comme langue nationale officielle.

El Hadi Ould Ali a, par ailleurs, souligné la nécessité de "préserver cette unité du peuple algérien et de dénoncer toutes les politiques de discrimination et d’exclusion", ajoutant qu"’il est primordial de poursuivre le travail pour atteindre la prospérité dans la diversité dont nous sommes fiers".

"L’Algérie est un pays où règnent l’espoir, la justice, l’équité et la paix", a encore ajouté le ministre tout en mettant en exergue la portée historique de la fête de "Yennayer" et de la constitutionnalisation de la langue tamazight décidée par le président Abdelaziz Bouteflika, "concrétisant ses engagements et devenant ainsi l’homme de réconciliation".

La célébration du Nouvel An amazigh a été marquée par un défilé de troupes venues des quatre coins du pays dont celles de Djanet, Tizi Ouzou, Bouira, Constantine, Batna, Ghardaïa. Les troupes locales notamment "Essaf féminine", la plus réputée localement et la troupe de carnaval d’"Ayred" de la commune de Béni Senouss, qui interprétée la danse du lion "Ayred", symbolisant l’abondance et la fertilité d’une saison agricole prospère.

Pour rappel, ces festivités célébrant du nouvel an amazigh, placées sous le haut patronage du président de la république, Abdelaziz Bouteflika, ont été organisées par le ministère de la Jeunesse et des Sports, en coordination avec le mouvement associatif.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • ORAN : HUIT BLESSES DANS L’EXPLOSION D’UNE BOUTEILLE DE GAZ A MISSERGHINE...Lire la suite
  • ORAN : OUVERTURE PROCHAINE D’UNE ANNEXE DU "GOETHE-INSTITUT" ...Lire la suite
  • ORAN : UNE NOUVELLE UNITE DE PRODUCTION DE GAZ DE L’AIR...Lire la suite
  • LES POMPIERS DE L’OUEST FORMES DANS LA PREVENTION ET L’INTERVENTION DANS LES STADES...Lire la suite
  • SIDI BEL-ABBES : REINHUMATION DES RESTES DE SEPT CHAHIDS A TESSALA...Lire la suite
VIDEO